centre d’art contemporain de St Restitut (face à l’église) claude rutault 1660 – 2012 de poussin aux peintures – suicides – exposition du 21 mai au 10 août 2017 ouvert tous les jours sauf le lundi de 10H30 à 12H et de 15H30 à 19H et sur RDV au 06 23 66 96 45 par sms.

dimanche 21 mai :

10 heures : table ronde avec les collectionneurs françoise et jean- philippe billarant, daniel bosser, christine blanchet commissaire, en présence de l’artiste claude rutault. (réservation au 06 23 66 96 45 ou cacstrestitut@gmail.com )

11heures : vernissage

Né  en 1941, Claude Rutault est un artiste incontournable de la scène française et présent dans de nombreuses collections publiques et privées. Auteur de nombreux textes, ses écrits participent aussi de son actualité et nous éclairent sur sa démarche. Claude Rutault expose régulièrement dans des musées ou centres d’art comme le Centre Georges Pompidou en 2015, le musée Bourdelle à Paris ou le Mamco à Genève. En 2016, il a conçu une oeuvre pérenne pour le château de Versailles, au pavillon Dufour. Représenté par la Galerie Perrotin, l’artiste prépare une exposition monographique à leur galerie de Hong Kong.

Présentation de l’exposition : crédits photos Philippe Petiot.

REZ DE CHAUSSEE

salle 1

claude rutault - C.A.C. St Restitut - sur une proposition d'Anniclaude rutault - C.A.C. St Restitut - sur une proposition d'Anni

AMZ – 1987 – 1989 peinture n°  368 – 2017 dm 169. 

l’œuvre se divise en trois parties, A, M et Z.
A est un ensemble groupé et stable de 100 toiles de formats tous différents, laissées non peintes et présentées sous forme de piles dans un même espace. les 100 toiles sont autant de modèles pour 100 répliques ; lorsqu’une toile a été choisie pour une réplique elle est peinte de la même couleur que le mur sur lequel elle est accrochée. A est un ensemble complétement constitué dès le premier jour de la mise en œuvre d’AMZ.
M est l’ensemble dispersé des 100 répliques de A lorsqu’elles ont été toutes prises en charge. dispersé parce que chez les preneurs en charge, donc dans des lieux différents. instable parce que la règle de construction des répliques m inclut une variable liée à la vie des preneurs en charge. chaque réplique m a un format homothétique à celui de son modèle, mais réduit en fonction de deux paramètres : la distance qui sépare m de A – plus on est éloigné plus la réduction est grande – et l’ordre de prise en charge – plus on attend et plus le coéf cient de réduction augmente. chaque déménagement d’une toile implique sa reconstruction. à supposer que A soit déplacé, toutes les toiles de M doivent être reconstruites. les toiles m sont peintes de la même couleur que le mur sur lequel elles sont accrochées.
Z est un ensemble groupé et instable de 100 papiers dont les dimensions matérialisent la différence de surface entre chaque réplique m et son modèle a. le format de chaque papier est homothétique à celui des toiles a et m correspondantes. sa couleur est déterminée par celle du mur : si le mur est blanc le papier est de n’importe quelle couleur sauf blanc et blanc si le mur ne l’est pas. la partie Z est gérée par le cdla (centre des livres d’artistes), 1 place Attane, 87500 saint-yrieix-la-perche, france
pour les détails du fonctionnement il est nécessaire de se reporter aux différentes publications existantes.

salle 2

claude rutault - C.A.C. St Restitut - sur une proposition d'Anniclaude rutault - C.A.C. St Restitut - sur une proposition d'Anni

promenade à travers les saisons avec nicolas poussin

salle 3

claude rutault - C.A.C. St Restitut - sur une proposition d'Anni

dé – finition méthode d/m 234 . psuit  ! …malévitch

à partir de Kadrilatère noir sur fond blanc de malévitch, 1915, dit « carré noir sur fond blanc », décomposition positive de la toile en deux oeuvres distinctes et complémentaires. On accroche une toile de 80 x 80 cm peinte de la même couleur que le mur ou laissée non peinte si le mur est non peint. A quelques dizaines de centimètres à droite de la toile on fixe un papier de la dimension du carré noir. si le mur est blanc le papier est de n’importe quelle couleur sauf blanc. Il est blanc si le mur ne l’est pas. Une toile, un papier, il s’en est fallu de peu. ( in claude rutault, 2013, copyright ed Damiani, galerie Perrotin, page 104)

claude rutault - C.A.C. St Restitut - sur une proposition d'Anni

peint / non peint /  repeint / dépeint d / m 234

claude rutault - C.A.C. St Restitut - sur une proposition d'Anni

peinture suicide n° 9

étage

claude rutault - C.A.C. St Restitut - sur une proposition d'Anni

accrochage, centre d’art contemporain de st restitut, jeudi 3 mai 2017, claude rutault, quentin, olivier.

claude rutault - C.A.C. St Restitut - sur une proposition d'Anni

marionnettes, centre d’art contemporain de  st restitut, 2017

d/m. 258 bis. marionnettes, 1994

un nombre x de toiles monochromes, au moins une dizaine, de n’importe quelle couleur sauf de la couleur du mur devant lequel elles sont placées. ces toiles sont suspendues au plafond par des filins discrets. toutes ont un côté appuyé sur le sol, certaines presqu’à plat, d’autres presque verticales avec toutes les variations intermédiaires possibles.

au mur sont accrochées x toiles peintes de la même couleur que lui. le preneur en charge établit une relation entre les deux séries. il peut proposer à l’artiste d’autres figures de la peinture, par exemple jumeler la série dans l’espace avec des tableaux au lieu des toiles de la même couleur que le mur. le nombre de réalisations n’est pas limité.

claude rutault - C.A.C. St Restitut - sur une proposition d'Anni

dé – finition méthode d/m 131  entourant la photographie, 2017, mai 2017, centre d’art contemporain de St Restitut.

un mur sur lequel est accroché un tableau, un certain nombre de toiles l’entourent.elles sont peintes de la même couleur que le mur. une ou deux toiles son identiques au tableau (ici à la photographie), les autres plus petites ou plus grandes, sont de dimensions proches. ni le nombre ni l’accrochage ne sont déterminés à l’avance et peuvent toujours donner lieu à remords.rien n’est fixe d’une réalisation à l’autre.  l’oeuvre. l’oeuvre peut être réalisée avec plusieurs tableaux sur un même mur condition que cette idée  d’entourer le tableau avec des toiles peintes de la même couleur que le mur reste évidente et chaque tableau individualisé. le nombre de réalisations n’est pas limité.( in Claude Rutault, L’Inventaire, Marie – Hélène Treuil, 2015, ed.Mamco, Musée d’art moderne et contemporain, Genève.)

caves

claude rutault - C.A.C. St Restitut - sur une proposition d'Anni

variation autour de monochromes V, . »la toile non peinte fait de l’ombre à la peinture » présentée en 2010 au château d’Oiron  dans la salle des batailles en dialogue avec l’oeuvre des Spoéri.

dé – finition méthode 508.

« comme si la toile brute n’était pas la peinture! « . Peut -être faudrait’l mieux écrire : la toile non peinte fait de l’ombre à « monochromes 5 », l’avenir le dira. sont dispersées au sol, surélevées, des toiles non peintes de forme et de formats variés.

Les toiles sont plutôt grandes, sans ordre ni disposition particulière. elles doivent occuper toute une salle, laissant de larges espaces pour la circulation.

Sous les toiles sont glissées des toiles peintes de différentes couleurs – extraits de monochromes 5 – invisibles au premier abord pour le visiteur pressé. toutefois, ici et là, on aperçoit une toile peinte, on en devine une autre, qui mettent le spectateur sur la piste. Le spectateur devra alors prendre du recul et se pencher. ( claude rutault  2013, copyright ed Damiani, galerie Perrotin, new york, paris, hong kong, page 86).

actualisation centre d’art contemporain de St Restitut 2017.

claude rutault - C.A.C. St Restitut - sur une proposition d'Anni

détail

claude rutault - C.A.C. St Restitut - sur une proposition d'Anniobstacles et défenses – définition / méthode 349.  le principe est celui d’une pile , ou  de deux piles qui perturbent la circulation habituelle  entre deux espaces de sorte qu’il faut contourner, enjamber, dans tous les cas , ralentir. En aucun cas la ou les piles ne prennent modèle sur un élément d’architecture ou de mobilier du lieu, pas plus que sur une oeuvre présente dans l’espace. Les  piles ,  placées de chaque côté du chambranle de la porte sont différentes. Elles sont composées de toiles de dimensions variées, elles rendent seulement difficile  la possibilité de se croiser. toiles laissées non peintes ou toiles peintes. ( in claude rutault, copyright Damiani I galerie Perrotin 2013 p. 66 )

claude rutault - C.A.C. St Restitut - sur une proposition d'Anni

détail

 –  les sentinelles à proximité de la chapelle st sépulcre

les sentinelles – hommage aux carriers – 2013

oeuvre pérenne produite par l’action les nouveaux commanditaires initiée par la         fondation de france et xavier douroux. financement fondation de france, région, ministère de la culture (DRAC) et département. mise à disposition du terrain par la commune qui es propriétaire de l’oeuvre. coordination du projet, centre d’art contemporain de StRestitut, association lithos.

22092013-_R0B0710

jean-pierre delay, xavier douroux, claude rutault et christine blanchet

22092013-_R0B0668-222092013-_R0B062822092013-_R0B0627

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s